Joseph Bernard (?-?)

Il est fait mention de J.F. Bernard par François Crépin, botaniste belge spécialiste des roses, dans le Bulletin de la Société Royale de Botanique de Belgique en 1890 et 1893, car il est son correspondant, et semble un zélé prospecteur notamment pour le genre Rosa. Il est présenté comme Joseph Bernard, le fils d’un modeste cultivateur de Prunières, dans le canton de la Mure, et épris de botanique.
Il es mentionné dans la feuille des jeunes Naturalistes (1905) comme « Bernard (Joseph), collecteur de feu Crépin, Prunières, près La Mure. — Botanique des Alpes, genre Rosa. »
On retrouve des parts collectées par lui par exemple dans l’herbier E.G. Camus (P). Dans son ouvrage « Observations sur la flore des Alpes du Dauphiné (suite et fin) », in Bulletin de la Société Botanique de France, 70:4, 679-689, J. Offner le cite à propos d’une station d’Eryngium alpinum : « Le botaniste J. BERNARD, de Prunières (Isère), à qui je dois la connaissance de cette localité, a son nom attaché au Rosa Bernardi, qui lui a été dédié par Moutin ».