PALEONTOLOGIE

Les collections de Paléontologie

Les collections paléontologiques se subdivisent en trois grands groupes : les animaux dits invertébrés fossiles (23 300 lots), les animaux vertébrés fossiles (20 000 spécimens), les plantes fossiles (3 650 spécimens).

 

S’il est possible d’identifier des pièces provenant du Cabinet, les grandes collections patrimoniales et scientifiques datent du XIXème siècle. À cette époque les collections paléontologiques sont de type encyclopédique ; elles balaient  tous les grands groupes du vivant. Elles seront plus spécialisées du XXème siècle à nos jours.

 

La politique d’acquisition des dernières décennies porte :

 

- sur un nombre restreint de pièces provenant du monde entier, chaque spécimen est exceptionnel, est destiné à être exposé et porteur de patrimoine scientifique. Une grande partie de ces spécimens sont mis en exposition dans le parcours permanent ;

MHNGr.PA.36164 Stenopterygius quadriscissus, Ichtyosaure de 3 m de long provenant de Holzmaden (Allemagne). Spécimen exposé dans la salle consacrée aux fossiles Paroles de Terre.

- sur des pièces provenant de gisements locaux recélant un potentiel d’études scientifiques avéré ;

MHNGr.PA.33747 Cordaïtes sp. Feuille d’un végétal arborescent. L’échantillon mesure 40 cm. Récolté en 2005 par Bruno Vallois, il est figuré dans la revue Fossile N°21- 2015.

Les « invertébrés » fossiles.

Parmi toutes les collections conservées, se distingue la collection d’Albin Gras donnée en 1856. En contact fréquent avec Alcide d’Orbigny, on retrouve 402 occurrences directes sur les pièces et/ou sur les publications d’Albin Gras dans « la Paléontologie française : description zoologique et géologique de tous les animaux mollusques et rayonnés fossiles de France ».

Des publications anciennes témoignent de l'importance scientifique de cette collection, notamment le Catalogue des corps organisés fossiles, d'Albin Gras dans le Bulletin de la Société de statistique des sciences naturelles et des arts industriels du département de l'Isère (1852) qui recèle toutes les descriptions des nouvelles espèces fossiles découvertes et décrites par l'auteur (typification).

MHNGr.PA.384-1 Salenia grasi. Echinide de la collection d’Albin Gras, décrit et figuré par Gustave Cotteau en 1861 dans la Paléontologie française d’Alcide d’Orbigny.

D’autres collections méritent d’être citées, notamment celle d’Eugène Chaper qui inclut des pièces provenant de la collection Repellin. La collection Jourdan qui fut donnée à la Ville de Grenoble en 1893. Une autre collection importante est celle du Général Léon de Lamothe qui fut léguée à la Ville en 1937. Elle comprend les pièces de son père Benjamin de Lamothe ainsi que des pièces provenant de scientifiques ayant croisé son chemin.

 

Du côté des vertébrés fossiles.

L’immense majorité de cette division est constituée d’ours des cavernes et de la faune associée. Une grande partie du matériel provient de fouilles (grottes locales) effectuées entre 1956 et 1965 puis vers 1990. Il s’agit d’une collection d’étude par excellence. Support de deux thèses de doctorat, il est encore effectué des relevés morphométriques sur cette collection.

MHNGr.PA.11752 Ursus spelaeus. Crâne d’Ours des cavernes collecté par Paul Lequatre dans la grotte de Prélétang au cours des fouilles organisées entre 1956 et 1965.

Et pour la paléobotanique.

Initiée par un assemblage d’acquisitions anciennes (XVIIIe – XIXème siècle) issues de mines aujourd’hui fermées, cette collection est actuellement en pleine phase d’extension avec l’arrivée en 2013 de la collection de Bruno Vallois. Cette acquisition a augmenté de 134 % le nombre de spécimens. Beaucoup de ces pièces ont une provenance extra-régionale (Région Hauts-de-France). Toutefois cette tendance s’inverse avec des entrées importantes de pièces collectées récemment dans la région.

MHNGr.PA.33754-1 et 2 Lepidostrobus hastatus. Empreinte et contre-empreinte d’un strobile d’une plante du carbonifère découvertes par Bruno Vallois sur la commune de Vaulnaveys-le-bas (Isère).

Si les grandes collections de paléontologie sont connues, l’inventaire n’en est pas pour autant exhaustif.

Il convient de préciser également que les spécimens présentés en ligne ne sont qu’une petite partie des pièces figurant à l’inventaire.