Bruno Vallois (1959- )

 

Bruno Vallois est né à Avion (Pas-de-Calais) en 1959. Son premier contact avec le houiller est précoce. Il tombe de sa chaise d’enfant à la renverse, dans le bac à charbon de la maison familiale. Fils et petit-fils de mineurs, il lui passe très tôt des fossiles entre les mains. Son père, Jean-Louis, lui en ramenait souvent du fond de la mine. Le premier fossile qu’il ramasse lui-même est un échinide. Vers l’âge de 13 ans, il collecte et accumule tous les spécimens paléontologiques qui croisent son chemin puis, avec le temps il se spécialisera dans un secteur particulier : la paléobotanique houillère.

 

En 1986, il fait une découverte unique : une limule, d’un genre inconnu, retrouvée dans le Pas-de-Calais. Décrit et publié en 1992 par le professeur Patrick Racheboeuf, ce petit arthropode porte désormais comme nom Valloisella lievinensis en hommage à son découvreur.

 

À partir de 1998 et jusqu’en 2003, débute une riche collaboration avec le Professeur Jean-Pierre Laveine. Plusieurs campagnes de prélèvements de la flore fossile sur les terrils de la région Hauts-de-France sont organisées. En 1999 et 2002, Bruno Vallois cède environ 400 spécimens de flore au Musée d’histoire naturelle de Lille. Quelques-unes de ces pièces permirent au Professeur Laveine de publier plusieurs travaux sur les fougères Neuroptéridées.

 

Suite à une mutation professionnelle, il arrive en 2003 sur l’agglomération grenobloise. Il en profite pour partir à la découverte d’anciens gisements houillers méconnus dans l’Isère. À partir de 2004, il entre en collaboration avec le Muséum de Grenoble en participant bénévolement aux opérations de récolement et d’inventaire des collections historiques de paléobotaniques houillères. Ses découvertes récentes dans la région sont alors exposées dans une exposition temporaire consacrée aux paysages en particulier à la reconstitution du paysage carbonifère de la Mure.

 

2007, nouvelle mutation professionnelle et retour dans la région Hauts-de-France. Son expertise dans la paléobotanique est mise à contribution, il siège à la Commission Régionale du Patrimoine Géologique. Nouvelle campagne de prélèvements sur les terrils et interventions au Musée d’histoire naturelle de Lille se poursuivent.

 

À partir de 2010, une nouvelle période s’ouvre pour Bruno Vallois : celle de la rédaction d’articles de fond sur la paléobotanique. Il en écrira dans la revue « Fossiles » qui lui accorde le titre de « conseiller scientifique ».

 

En 2012, Bruno Vallois revient dans la région grenobloise. Il donnera en 2013, une impressionnante collection d’environ 2000 spécimens de paléobotanique. En 2018, 42 de ces pièces sont figurées dans des revues spécialisées, chiffre qu’il conviendra de revoir à la hausse compte-tenu des publications en cours.

 

En 2015 des fouilles sont entreprises sur la commune de Vaulnaveys-le-Bas avec l’autorisation du Maire. Une sélection des pièces extraites sont annuellement présentées lors des Journées du Patrimoine aux habitants de la commune.

Depuis 2018, Bruno Vallois effectue des conférences à l’UIAD (Université Inter-Âges du Dauphiné) en créant une nouvelle section consacrée à la Paléobotanique complémentaire à la section de Géologie. Il est également bénévole au Muséum de Grenoble et à l’Université de Grenoble Alpes (Institut des Sciences de la Terre) en participant à l’inventaire et au récolement des collections de paléobotanique houillère. En compagnie, d’autres chercheurs bénévoles, ils continuent à collecter et à enrichir les collections publiques. En parallèle, il a entrepris une révision complète de la flore carbonifère alpine en s’appuyant sur les collections muséales et universitaires.

 

Collections présentes au Muséum de Grenoble : 

- Collection de paléobotanique du Carbonifère

 

Publications :

Liste en pdf